Comment s’affirmer au travail ?

by lalancuras
0 comment

Vous le savez, les relations au travail ne se dérouleront pas toujours sans heurts, et l’agressivité passive y est très présente. Au lieu de mijoter en silence ou de travailler en coulisses pour se venger, s’affirmer peut en fait améliorer les choses. De nombreuses personnes ne réagissent pas de cette manière aux conflits sur le lieu de travail : nous considérons souvent l’affirmation de soi comme une chose individuelle, une posture que nous adoptons dans notre propre intérêt. On peut alors citer le fait de demander une augmentation ou une promotion, ou encore la mise en avant de nos idées auprès des collègues.

Saviez-vous que ces mêmes techniques peuvent être utilisées pour tout le monde dans votre équipe ? En conséquence, vous pouvez résoudre tous les problèmes auxquels vous êtes confrontés, vous remonter le moral et raviver l’enthousiasme de tous. Il ne fait aucun doute que la confiance en soi est considérée comme un élément clé d’un bon leadership, bien que nous ayons tendance à considérer la confiance en soi comme un trait de personnalité plutôt que d’être conscient de sa performance réelle dans l’équipe. Voici quelques exemples de la façon dont de simples affirmations peuvent profiter aux personnes qui travaillent avec vous, et pas seulement à vous-même !

Méthodes pour s’affirmer au travail

Le plus important est de se lever et de se défendre, ce qui est plus facile à dire qu’à faire. Nous vous proposons trois moyens rapides de commencer à développer cette compétence dans votre carrière.

1. Utilisez « je ».

L’utilisation du « je » permet de clarifier vos envies sur le lieu de travail et réduit l’espace disponible pour profiter de vos actions. Par exemple, prenez la déclaration suivante comme exemple: “Quand j’entends une blague sur une fille blonde dans le salon, je sais que le but est l’humour, mais c’est l’humour, mais cela a un prix. Autres. Changeons de thème.” Dans cet exemple, l’orateur pose des questions et fait des demandes spécifiques de manière spécifique. Pas d’insultes, pas de blâme – juste une simple déclaration et une simple demande : c’est une très bonne façon de s’affirmer dans ses relations au travail !

2. Encadrer le sujet en soulignant les avantages pour l’employeur

En exprimant votre désir de travailler en équipe ou les intérêts de chacun, vous pouvez être ouvert à vous-même pour gagner plus de respect de la part des collègues ou de la direction. Cela montre que vous envisagez une vue d’ensemble et l’impact potentiel sur le lieu de travail et ses objectifs commerciaux. Par exemple: ” Actuellement, notre équipe pose des questions dans tout l’espace de travail. Cela signifie que tout le monde a entendu toutes les questions, ce qui est très distrayant. Je souhaite réfléchir et trouver des alternatives qui contribuent à augmenter la productivité. . Notre groupe “. Les orateurs ont à nouveau posé des questions et formulé des demandes spécifiques de manière spécifique. Grâce à la marche à suivre et aux avantages commerciaux possibles, les orateurs peuvent résoudre les problèmes au lieu de pleurer.

3. Exprimez clairement votre raison

Pour être plus précis sur la raison de votre demande ou de votre commentaire, tout le contenu dont vous avez besoin sera révélé aux autres. Cette clarté contribue à réduire les questions de suivi qui peuvent vous faire douter de votre capacité à communiquer efficacement sur le lieu de travail. Par exemple: ” Je dois entrer dans la salle des fichiers pour terminer la partie XYZ de ce projet. Puis-je emprunter la clé ? ” Veuillez noter qu’il ne s’agit que d’une simple déclaration et d’une demande spécifique, pas d’une plainte.

Un plan d’action pour votre équipe

Lorsque vous voulez que votre équipe soit d’accord avec un bon plan, un événement ou une idée, la confiance en soi peut vous aider. D’après mon expérience, la meilleure approche ne vous surprendra peut-être pas: organiser une réunion rapide sur le plan, l’événement ou l’idée pour l’expliquer, en discuter et (espérons-le) obtenir du soutien.

Vous pouvez atteindre cet objectif en sollicitant des suggestions et des contributions, ainsi qu’en offrant aux autres un espace pour exprimer leurs opinions et partager leurs idées, plutôt que d’attendre qu’ils expriment leurs opinions. Vous reconnaîtrez ensuite ces idées et les pousserez de l’avant au besoin pour terminer votre début passionnant.

Les dirigeants prennent souvent une décision, puis annoncent en toute confiance la décision à l’équipe. Cependant, les commandes émises de cette manière sont plus susceptibles d’être vues (et généralement correctes) comme reflétant les objectifs du leader, laissant peu de place pour d’autres objectifs. L’autre méthode est gagnant-gagnant pour tout le monde, car elle utilise la confiance en soi non seulement pour transmettre votre point de vue, mais aussi pour embrasser d’autres points de vue et faire vraiment participer votre équipe.

Je l’ai fait moi-même récemment. Notre entreprise est active dans le domaine de la facturation depuis longtemps, mais depuis longtemps, j’espérais que nous serons orientés vers le paiement. Ainsi, lors d’une conférence l’année dernière, j’ai fourni des données, des mesures et des informations sur les clients pour montrer que ce que je veux est correct et peut être bon pour nous tous. Ensuite, j’ai affirmé qu’une fois que nous serions parvenus à un consensus sur l’objectif, je ferais avancer tout le monde. Un an plus tard, nous avons désormais des produits de paiement. Si je ne maintenais pas confiance tout au long du processus, cela ne se produirait pas.

Contrôler les membres de l’équipe

Une autre façon d’utiliser efficacement la confiance est de rester en contact avec les membres de l’équipe qui ne travaille pas à 100%. Ils peuvent être irrespectueux, en retard ou simplement négatifs. Certains dirigeants peuvent recourir à un comportement agressif car un tel mauvais agissement peut les frustrer. Mais ce type de réaction par l’agressivité modifie rarement les mauvais comportements et n’inspire pas non plus les autres membres de l’équipe à suivre leur leadership. S’ils se reprennent ce n’est que pour surmonter la peur.

En tant que manager, le meilleur moyen est de mettre de côté les employés problématiques et de leur expliquer comment leurs actions affectent toute l’équipe et toute l’organisation. Au lieu de les forcer à céder – maintenir son autorité – leur donner une chance de s’expliquer et de s’améliorer, car cela aura un impact sur le groupe.

Ils peuvent être épuisés ou avoir des problèmes à la maison, ou cela peut indiquer que vous devez résoudre un problème organisationnel plus vaste. Les conversations en tête-à-tête peuvent non seulement mettre fin rapidement aux mauvais comportements, mais aussi en faire plus. Cela peut également vous aider à comprendre d’autres problèmes dont vous n’avez peut-être pas conscience et qui affectent vos talents.

Résoudre les conflits

Le fait est que des conflits surviennent au sein de chaque organisation. Certaines personnes sont en fait instables pour des raisons de santé et des désaccords respectueux peuvent conduire à un échange d’idées. Malheureusement, ils sont peu nombreux et très éloignés les uns des autres. La plupart des conflits sur le lieu de travail sont contre-productifs et peuvent conduire à un environnement de travail toxique.

Vous pouvez également faire fonctionner votre confiance en soi. Indépendamment du type de conflit et de la manière de le résoudre, vous devez rester calme et serein et ne pas oublier l’objectif principal : servir l’équipe. Cela signifie passer du temps à écouter les deux côtés qui sont en conflits et à comprendre les faits. Vous pouvez alors prendre une décision qui est dans le meilleur intérêt de toutes les parties impliquées, même si elles ne le pensent pas au départ.

Par exemple, vous pourriez finalement décider que deux individus ne peuvent plus s’asseoir l’un à côté de l’autre. Même si un tel problème semble mineur, il doit être traité d’une manière qui ne soit ni menaçante ni humiliante. En éliminant la source directe du conflit, vous pouvez leur laisser la possibilité de se recentrer sur leur travail au lieu de se concentrer les uns sur les autres, et finalement de comprendre la dynamique du conflit. Laissez-les prendre les devants en premier.

Quatre clés pour s’affirmer pour le plus grand bien

La confiance n’est pas toujours liée aux mots. Vous pouvez utiliser le langage corporel pour exprimer plus efficacement vos opinions. Bien que ces circonstances démontrent la validité des affirmations, le vrai défi est de savoir comment mettre les affirmations en pratique afin de réaliser ces intérêts collectifs de manière cohérente. Faire et réellement faire sont deux choses. Voici quelques bonnes règles de base:

Gardez vos émotions sous contrôle.

Si vous trouvez cela difficile, vous pouvez envisager de rechercher l’intelligence émotionnelle, qui fournit un cadre pour déployer :

  • les bonnes «compétences relationnelles»
  • dans le bon environnement
  • en comprenant les pensées et les sentiments des autres.

Si vous êtes un sanguin, cela peut vous aider à éviter de crier et à adopter une attitude plus calme envers votre style de leadership, montrant que vous êtes toujours en contrôle.

Choisissez les bonnes batailles.

Vous n’avez pas à vous occuper de tout vous-même; certains problèmes peuvent être résolus entre les membres de l’équipe ou les individus. Concentrez-vous uniquement sur les problèmes plus importants qui affectent l’équipe ou la productivité.

Utilisez un langage corporel positif, comme le contact visuel et des postures qui transmettent la confiance et la possession de soi.

La confiance n’est pas toujours liée aux mots. Vous pouvez utiliser le langage corporel pour exprimer vos opinions d’une manière plus subtile mais efficace.

Aborder les problèmes de manière claire et directe.

Sachez clairement ce que vous attendez des autres et pourquoi vous voulez profiter à tout le monde, plutôt que de supposer qu’ils le savent. Cette franchise peut vous aider à obtenir plus facilement ce que vous voulez.

Apprenez à dire non.

La confiance, ça n’est pas demander tous le temps aux autres de faire quelque chose pour vous. Il s’agit également de faire savoir aux autres que vous ne serez pas obligé de faire des choses que vous ne voulez vraiment pas faire. Lorsqu’on vous demande si cela nuira à vos valeurs, à votre sens des responsabilités, à l’équilibre travail-vie personnelle ou aux intérêts de l’équipe, vous pouvez refuser de faire quelque chose, alors expliquez comment le faire.

Prenez des mesures décisives qui profitent aux autres et non pas seulement à vous-même. Habituellement, nous sommes meilleurs pour nous défendre que pour défendre les autres. Le dernier point est le défi du leadership, et le cas échéant, c’est un défi auquel tout bon gestionnaire doit faire face.

Trouver un équilibre entre être agressif et ne pas rechercher activement les choses dont l’équipe a besoin pour prospérer en recherchant le bénéfice de tous sans s’oublier soi. En agissant de cette façon, la majorité répondra de manière positive et vous établirez ainsi des relations de travail plus efficaces, démontrant un plus grand respect à la direction ce qui vous permettra d’atteindre plus d’objectifs plus ambitieux et serez perçu comme un leader.

Related Posts

Leave a Comment